header4.jpgheader5.jpegheader6.jpgheader7.jpg

Merci de choisir votre langue

Le Village d’Enfants SOS de Hué, le début d’un avenir grâce à la générosité de cœur des Français
LE Thu Hằng
Le 6 mars 2017

Les nouvelles maisons du Village d’Enfants SOS de Huê

Les nouvelles maisons du Village d’ Enfants SOS de Huê, dont la construction a été financée par l’association AEVN (France)

 

Le Village d'Enfants SOS de Huê se situe dans un cadre verdoyant et calme, non loin de Nam Giao, l’autel du Ciel historique des dynasties Nguyen. Avant de devenir l'un des 17 membres de la famille des Villages d’Enfants SOS du Vietnam le 01/6/2015, le Centre de Protection des Enfants de « Thuy Xuan », ancien nom du Village, était le troisième projet entrepris par l’association « Aide de l'Enfance du Vietnam » (fondée en 1970 en France) après ceux de Dalat et de Dong Hoi.

Derrière les trois anciennes maisons en attente de rénovation, se trouvent quatre maisons récentes plus spacieuses et plus confortables, construites sur la pente menant au bâtiment servant de lieu d’activités en commun du Village. Les quatre maisons, qui sentent encore la peinture fraîche, ont été inaugurées en septembre 2016, principalement grâce au soutien financier de l’AEVN présidée par M.et Mme les Professeurs Tran Thanh Van, et de la Fondation Odon Vallet.

La première de ces quatre nouvelles maisons familiales abrite la famille de la Mère SOS Nga et dont Tran Thi Hop est l’aînée d’une fratrie de 9 frères et sœurs. Malgré sa taille menue et son allure de lycéenne, Thi Hop est déjà étudiante à l’Ecole d’Enseignement Supérieure du Tourisme. Souriante, elle nous présente sa nouvelle maison :

« La maison dispose de quatre chambres, trois pour les enfants et une pour notre mère, d'un salon, d’une cuisine et d’une salle de bain. Chaque chambre d’enfants, qui est pour trois personnes, possède trois lits : un lit superposé et un lit simple. J’habite ici, il y a presque deux mois déjà ».


Le plus jeune de la famille n’a que trois ans. En fonction de l'âge, chaque enfant se voit attribuer une tâche particulière, explique Maman Nga «Aux grands sont assignés les tâches plus lourdes, les petits assurent celles plus légères. Seuls les enfants à l’âge de l’école maternelle ne participent pas aux tâches quotidiennes, ils aident en fonction de leurs capacités ,tout le monde doit mettre la main à la pâte»
« Le matin, nous balayons et rangeons la maison comme d’habitude » Thi Hop raconte son quotidien à la maison (NDRL : les jours où elle reste à la maison) «J’aide Mère à faire la cuisine à son retour du marché et je l’aide à faire manger les plus petits. Le soir, je donne le bain au petit de trois ans et je surveille les devoirs . Je demande aussi aux grands d’aider les petits à faire leurs exercices. Moi, je supervise tous les enfants. Je réponds à leurs questions et je leur viens en aide si besoin.»

 

Le living d’une maison du Village des Enfants SOS de Huê
Le living d’une maison du Village des Enfants SOS de Huê


Selon Mme Nguyễn Kim Dung, Directrice du Village des Enfants SOS de Huê, 47 enfants vivent actuellement au Village.
« L’âge des enfants admis au Village est entre deux ans et 12 ans. Mais nous avons récemment recueilli un bébé âgé d’une semaine. Cela fait deux mois maintenant qu’il est avec nous.» (La petite a été abandonnée à l’entrée du Village avec un morceau de papier sur lequel était écrit le prénom que sa mère souhaitait lui donner).
« Les enfants du Village, sont tous scolarisés dans les écoles voisines, comme tous les autres enfants de la ville. Les grands étudient dans les universités dans lesquelles ils ont réussi leurs concours d’entrée ».


Fonctionnant selon le modèle des Villages d’Enfants SOS du Vietnam, le Village d'Enfants SOS de Huê intègre les enfants dans un cadre de vie familiale en suivant les quatre principes pédagogiques:
- Tous les enfants ont une mère, une femme qui s’engage comme une mère biologique.
- Les enfants du Village se considèrent comme frères et sœurs vivant dans une famille SOS.
- Chaque famille a son propre toit familial, où les enfants sont nourris, élevés et lient entre eux des sentiments fraternels.
- Les familles SOS vivent ensemble, formant une communauté villageoise.

Maman Nga déclare : « Les enfants du Village sont principalement originaires de Huê, mais il y a aussi des enfants des provinces voisines telle que Quang Tri. Dans le Village, il y a des orphelins d’un des deux parents et des deux mais ils ne sont pas nombreux. Quand les enfants sont encore petits, de temps en temps, leurs parents viennent leur rendre visite. En grandissant, les enfants sont plus occupés avec leurs études. Ils ne demandent la permission de rentrer à leur maison d’origine qu’à des occasions importantes, en cas d’évènements familiaux».

Vivre dans le Village est l’occasion pour les enfants de bâtir un nouvel avenir, même loin de leurs parents. Durant les dix premiers jours dans leur nouvelle famille, certains enfants sanglotent, réclamant de rentrer à la maison, selon les observations de M. Bich, éducateur du Village. Mais la Mère et l’aînée de la famille sont toujours présents pour les consoler et deviennent, au fil du temps, leur point d’appui. Avec l’aide des étudiants bénévoles de Huê, le Village organise tous les week-ends des activités de loisirs et d’apprentissage ludiques, permettant ainsi d’atténuer leur tristesse et de les encourager à faire des efforts dans leurs études.

 

Famille de Mère Nga au Village d’Enfants SOS de Huê

Famille de Mère Nga au Village d’Enfants SOS de Huê

 

Grandir dans l’amour de la famille

En 1990, il existe déjà, à Huê, un centre social, situé au 108 rue Chi Lang, pour aider des enfants de la rue. Emue par le travail des jeunes volontaires (NDRL : au profit de ce centre), en 1996, l’association « Aide à l’Enfance du Vietnam » (AEVN) décide de se joindre à cette action humanitaire pour aider les enfants vivant dans des conditions difficiles, comme explique Mme Hélène Catroux, vice-président de l’AEVN :
«A propos du Village des Enfants à Hue, nous avions rencontré beaucoup de jeunes vietnamiens qui étaient venus en aide aux enfants de la rue. Nous avions donc pensé qu’il aurait fallu avoir encore beaucoup plus d’aide. Depuis sa création jusqu'au 1er mai 2015, l’AEVN gérait directement le Centre de Protection d’Enfance de Thuy Xuan. Après cette date, la gestion du Centre a été transférée aux Villages d’Enfants SOS du Vietnam. Nous couvrons encore la construction des infrastructures, gérons les dossiers de parrainage, et entretenons les liens avec les Parrains, Marraines et les donateurs. La formation des Mères, des éducateurs (ices) et les activités du Village sont sous la responsabilité de l’organisation SOS. Nous sommes responsables de tous les frais engendrés ».

Au commencement, l’AEVN a mis en œuvre un projet d’urgence pour le Centre de Chi Lang. Il comprenait la construction de toilettes, de salles de douche, d’un système d’évacuation d’eau et d’une petite construction d’environ 40 m2 servant d’endroit pour sécher le linge. Puis, au vue de la dégradation des infrastructures en raison du temps humide et pluvieux, l’AEVN a proposé de construire un autre centre d’accueil et de formation pour les enfants.

En septembre 1998, la ville de Huê a fait don d’un terrain sur la rue Le Ngo Cat à Thuy Xuan, plus large que celui de Chi Lang, afin que l’AEVN puisse mener à bien son projet. Après la construction des trois premières maisons au début des années 2000 grâce à la contribution financière de l’association et de subventions de l’Union Européenne, en septembre 2016, des familles ont été transférées dans quatre nouvelles maisons, plus spacieuses et plus confortables. Mme Hélène Catroux explique l’intérêt des maisons familiales des Villages d'Enfants SOS:

« Notre objectif est de donner aux enfants l'amour de la famille, leur permettant d'avoir l'opportunité d'aller à l'école afin de s'intégrer dans la vie et de contribuer au développement du pays. Un autre objectif est de les aider à créer une grande et vraie famille, d’autant plus qu’il y a des cas où les enfants du Village sont issus de la même fratrie. Il suffit de regarder le lien affectueux qui se noue entre eux et la façon dont les grands s’occupent des petits, pour sentir vraiment cet attachement familial profond et merveilleux»

 

Maison d’activités en commun du Village des Enfants SOS de Huê

Maison d’activités en commun du Village des Enfants SOS de Huê.

 

De 2000 à aujourd’hui, 44 enfants du Village ont déjà atteint 22 ans et plus. Ils sont retournés à leur famille d’origine et ils ont intégré la vie sociale, avec un vrai métier. Cependant, leur Mère SOS, la direction et le personnel du Village ont des contacts réguliers avec eux et un soutien financier appelé programme de semi-indépendance leur est donné, pendant encore trois ans afin de leur permettre de trouver un emploi et une vie stable, selon l'explication de Mme Hélène Catroux :

«Pour les enfants qui sont à l’université ou dans une école professionnelle, même s’ils ne vivent plus dans le Village, ils y retournent souvent parce que leurs Mères, frères et sœurs SOS représentent toujours leur famille. Nous couvrons leur frais d'études, quel que soit leur type d'étude, puis, au cours des trois premières années de leur intégration dans la société, nous continuons à les accompagner. Ils rentrent parfois au Village pour recevoir des bourses d'études. Il y a toujours quelqu’un du Village pour les soutenir dans toutes les étapes de leur vie. Par exemple, lors du mariage le village organise la fête.. Chaque membre est solidaire l'un de l'autre, comme dans une vraie famille ».


La joie de l'AEVN et de ceux qui ont suivis ces enfants est de les voir grandir et réussir, comme le cas de Bui Van Pho, un fils du Village de Hue, qui a obtenu avec succès son doctorat en nanotechnologie à l'Université d'Osaka au Japon, à l'âge de 30 ans ou d’un autre enfant qui fait ses études à Singapour ou de brillants professionnels : cuisiniers, boulangers, jardiniers…..
En plus de leurs propres efforts, derrière le succès de chaque enfant, est l’attention d’une mère dévouée, la prévenance de tous les proches, le soutien affectueux et financier des Parrains et des Marraines et tout l’Amour de la grande famille du Village des Enfants SOS de Huê.

 

Fondation Vallet, un des sponsors financiers, avec AEVN, du Village des Enfants SOS de Huê

Fondation Vallet, un des sponsors financiers, avec AEVN, du Village des Enfants SOS de Huê.

 

LE Thu Hằng, journaliste RFI

Joomla templates by a4joomla